Hasse Poulsen

NOT MARRIED ANYMORE.

Notes sur la musique.

Les chansons de Not Married Anymore ont été écrit pendant les 5 ans où ma mariage avec Claudia s'est déchiré pour aboutir à une divorce. C'était une période difficile tant que c'était difficile de vivre l'amour et de comprendre pourquoi l'amour ne tenait plus et pourquoi on n'arrivait pas à se séparer comme des gens respectueux après plus que 20 ans de vie commune. J'était pour ma part émerveillé par par le niveau de non-compréhension entre nous: Même si on communiquaient en français c'était clair que les mots n'avaient pas la même sens pour nous deux.

L'amour est et reste l'amour, c'est à dire une vie de passion et un contact à fleur de peau avec les émotions. Une divorce est l'amour en négatif, mais c'est vivant.

Au fur des semaines des mots se rassemblaient en chansons exprimant ce que je vivait, avec une grande partie de fiction: l'amour peut être comme ça, une divorce peut être comme ça. Dans la littérature on appelle ça de l'autofiction.

Dans l'art et la musique il faut trouver un équilibre entre le privé et l'universel. Quand on dévoile des parties de sa vie intime il faut le faire d'une manière ou ça parle de chacun des auditeurs. Quand le privé ressemble à un regard involontaire dans une chambre ça deivient insupportable et embarrassant. J'espère que les chansons de Not Married Anymore ne donne pas un tel impression de partage de détails banals et sans importance d'une vie sans intérêt. J'espère parler des émotions – souvent contradictoires – qu'on rencontre dans beaucoup de moment de la vie.

Sur le CD il y a 15 chansons. Nous avons fait les enregistrements dans une pavillon loué à Maribo au Danemark. Maribo est situé dans le sud du Danemark et est typiquement ce qu'on appelle la périphérie du Danemark. On peut y acheter une maison pour 30.000€ et c'est de certaines points de vue une contrée assez sinistré. Mais Henrik et Tim jouait tout le mois d'août dans la comédie musicale Dr. Zhivago qui était donné sur une scène monté dans la foret. Pendant 3-4 jours on enregistrait Not Married Anymore pendant la journée et le soir venu, Henrik et Tim partait pour leur spectacle pendant que j'enregistrait des voix.

Nous avons tout enregistré sur 8 pistes avec un matériel bon marché avec des câbles, pieds de micro et micros mises en disposition par la conservatoire de Gladsaxe.

Mon souhait est que la musique reflète la nudité émotionnelle du processus de la divorce: Sans embellissements et sans couvrir le propos avec des orchestrations. Souvent j'ai rêvé d'ajouter des cordes ou des soufflants, de doubler les guitares et les percussions, de rajouter plusieurs voix vocales etc, mais globalement on est resté avec une voix, une guitare, une contrebasse et une batterie (enregistré avec trois micros). Comme toujours avec moi, il ya des exceptions à cette règle: un peu de percussion par ci, une guitare doublé dans une chanson, et une deuxième voix dans un refrain, mais globalement...

Nous n'avions pas un ingénieur de son avec nous, mais j'ai beaucoup travaillé avec Gilles Olivesi et en jouant et enregistrant j'ai pensé au possibilités que notre jeu et la simplicité lui donnerait pour colorier les mix. Il a évidemment beaucoup râlé du fait de la pauvre qualité des enregistrements et notre manque de science en plaçant les micros, mais malgré l'état des enregistrements il a réussi à créer des mix et un son global qui reflète parfaitement ce dont je rêvais.

Parlant un peu des chansons:

La première chanson est NOT MARRIED ANYMORE qui est un des dernières a être écrites, étant écrite fin avril 2018. Armand Meignan m'avait déjà parlé de faire une creation sur la musique de Tom Waits et j'écoutait la musique de Waits tout le temps. La chanson et l'arrangement est directement inspiré par sa musique. Là-dessus Tim joue des cuillères et des fois de la batterie. Cette batterie est enregistré avec un seul micro: une révélation pour moi. C'est une chanson très autobiographique et fonctionne bien comme une introduction pour le disque entier.

DRINK TO MY HEALTH est une chanson country/bluegrass assez rapide. Dans les paroles il y a des références directes à Hank Williams. La chanson dévoile un peu ma philosophie de base: pourquoi ou comment détester une personne avec qui on a partagé des bons moments de la vie? «Notre mariage ne marche plus, mais je te souhaite bon vent et beaucoup de chance sur ta route.»

Je suis très fier de la chanson ASK YOURSELF. Elle a été écrite fin 2016, à un moment où c'était clair pour moi qu'il fallait arrêter notre mariage. J'aime bien les paroles avec leurs références à Elvis Costello (j'adore la chanson Beyond Belief sur Imperial Bedroom). Aussi ayant juste lu l'autobiographie de Costello j'étais très inspiré par sa faculté d'écrire des chansons avec des harmonies très jazz et des mélodies assez complexes. Comme si la composition jazz passait mieux par lui que par des jazzmen. Et cette mélodie, je l'aime vraiment.

A SINGLE DAY, qui a été écritefin 2016 aussi, est une chanson qui déplore l'anántissement de la rêve d'amour et le fait que ça nous prend tellement de temps et d'effort de nous sortir de la mariage, malgré un consensus qu'il faut en finir. Ça nous avait prit encore 2 ans et demie de tout démêler. La justice en France fait tout pour rendre cette situation désagréable, longue, diffuse et dangereuse. Il n'y a rien de bien de dire de la système judiciaire française quant il s'agit de divorces.

La chanson rock AT THE END OF A ROPE a été composé début 2015, et je l'ai joué dans plusieurs contextes, notamment avec Sighfire. C'est un jeu de trio rock psychédélique qui me plaît beaucoup. La guitare Guild Jumbo (avec laquelle je joue tout sur le disque) aime cette saturation et jeu ouvert.

WHAT KIND OF A WORLD est une ballade jazz comme Ask Yourself. Ce n'est pas une chanson de divorce mais elle exprime une dépression sur l'état du monde ce qui est caractéristique de la situation de divorce. On trouve qu'on n'a rien à espérer.

Un mois aprés les enregistrements de Maribo j'ai écrit THANKS FOR THE FIGHT et Henrik et moi l'ont enregistré dans sa maison d'été à Frederiksværk. Il y a ce coté jazz intime que j'adore (comme Jazz på Svenska de Jan Johansson et le duo Busking que j'ai avec Hélène Labarrière). C'est le seul moment où Henrik joue la mélodie. C'est une chanson de regrets. Je pense que c'est plutôt une fantaisie qu'une expression de mes propres émotions. Mais c'est la vérité, et la vérité c'est vrais!

THIS IS THE DAY a été écrite dans un train en rentrant de la Suisse. Je l'avait joué le soir même avec Sighfire. C'est un tempo très lent. Le texte francais que je n'ai pas enregistré (ou plutôt: que Gilles trouvait déplacé dans l'ensemble) dit: Ca dépend de toi, si entre nous il y aura de l'amour ou pas. … il faut du courage. Un de ces jours.

Je ne sais pas si on a eu du courage.

Si vous ne le savais pas, c'est le moment de le dévoiler: J'adore Johnny Cash et je ne me lasse jamais de l'écouter. Il chante comme s'il nous racontait s propre vie, juste lui et toi! Avec une des voix la plus impressionnantes et belle de la chanson tout compte fait. HOLLOW OLD BONE est écrite comme ses chansons à lui, et je la chante dans une tonalité qu'il utilisait beaucoup: La-majeur. La-majeur permet de présenter une grande voix grave (la mienne ne compare pas bien avec Cash, mais personne compare bien avec lui). Même les paroles font références au country-western avec des mots comme stallion et vale. Vale vient surement plus de Danny Boy, mais j'adore comment Cash chante ses vieilles chansons de l'Angleterre et l'Irlande aussi.

I NEED A NEW GIRL est un duo avec Tim. C'est du rock pur et authentique (je ne crois pas aux idées de la pureté et l'authenticité. Je trouve que c'est des concepts pour des gardiens de prison) comme on l'aime sur les grandes scènes d'été. Et c'est vrai que j'avais besoin d'une autre femme, peut-être d'en goûter plusieurs, ce qui n'est pas arrivé.

IN A DEAD MAN'S SKULL. Comment appeler cette chanson? Ça parle de quoi? C'est de la poésie et je pense pas comprendre mieux que vous – mais j'aime beaucoup les paroles et les images. Le jeu solo de la guitare est inspiré de Bouboucar Traoré avec les octaves en unisson. Gilles a créé un son très particulier qui me plaît beaucoup sur ce morceau.

La chansons la plus ancienne de l'album est WHAT'S ON YOUR MIND qui date d'avril '14. Je la chantais déjà pour la sortie de The man they call Ass, et je l'ai enregistré avec Henrik et Tom Rainey à un moment. Mais pour cette version j'ai changé la tonalité et et ça me convient plus. Quoi dire de plus si on aime la musique en mineur?

Un autre de mes grands héros est Bob Dylan. J'ai écouté et frissonné avec ses chansons toute ma vie. SHIP FULL OF GHOSTS est joué et chanté dans le style du grand Bob, et je suis fier des images sur les souvenirs décrits comme un bateau plein de fantômes, un bateau sur lequel tu t'enfuis. J'ai enregistré cette chanson chez moi fin 2018 avec un micro bon marché de Studio Electronics. Je trouve que le son de l'enregistrement souligne les références d'une manière agréable.

Avec THOUSAND VOICES on s'approche de la fin, et c'est une chanson pensé comme une fin de spectacle. Ringo n'est pas loin. Ringo n'est jamais loin de Tim.

On fini le disque avec ONLY SOMETIMES. C'était le seul endroit possible pour cette chanson. Je l'aime beaucoup. Elle est bâti sur des répétitions des accords Re6 et Re(add9). J'ai pensé à certaines chansons de Paul Simon et comment il écrit des très belles mélodies en parlant de là où il se trouve dans la vie. Des moments de vérité! Gilles adore cette chanson et il l'a mixé avec des effets magnifiques dans un style qui ouvre vers d'autres espaces que le reste du disque.

Pour finir vous avez surement remarqué qu'il n'y a pas des solos de guitare. Des solos ne sont pas le propos de ce disque et il y a une soixantaine de disques avec mes solos dessus pour ceux à qui ça manque.

Je vous souhaite une bonne écoute.

Hasse Poulsen août 2019.

trio photo by Bruce Milpied